Malgré tout, Kesselring se déclara satisfait des travaux effectués, surtout sur la côte Adriatique, où il « attendait l’assaut sur l’aile gauche avec une certaine confiance »[2]. Mais les retards pris sur les plages d’Anzio, dus aux hésitations des états majors, permettront aux Allemands de la Xe Armée de battre en retraite efficacement et de rester opérationnels lors des futurs combats de la Ligne gothique. Mais, ce plan nécessitait que la VIIIe armée britannique soit transférée du centre du front vers l’est. Cette base de départ lui permettait de pouvoir rapidement lancer l’attaque. Depuis le début de l’automne, l’occupant éprouve les plus grandes difficultés à circuler librement à l’arrière de ses propres lignes en raison de l’intense activité des résistants italiens, ciblant plus particulièrement les hauts-gradés. Les Alliés, de leur côté, bénéficient d'une supériorité aérienne et matérielle écrasante et de l'appui des partisans italiens qui ont prouvé leur efficacité dans les milieux montagneux, principalement pour rompre les lignes de communication allemandes. À l'est des Canadiens se trouvait le Ve corps britannique. Flanqué du XIIIe corps d'armée britannique sur sa droite, l’attaque américaine infléchirait son mouvement vers l’est pour tenter d’encercler les troupes allemandes. Ces actions leur laisseront alors le temps nécessaire pour la mise en œuvre de la Ligne gothique. En effet, le but était d’ouvrir la route vers le nord à travers le couloir de Ljubljana et ainsi entrer en Autriche et en Hongrie. Panzerkorps, le lieutenant-général Frido von Senger écrivit plus tard, après la guerre, qu’il avait pour habitude de voyager sans aucun signe distinctif sur son véhicule. Adolf Hitler, conscient de l’importance que la Ligne gothique aurait dans le futur déroulement de la guerre, craignait qu’elle ne soit prise à revers par des débarquements de troupes alliées et ordonna que son nom de code soit rapidement changé. selon les recommandations des projets correspondants. Dans le même temps, le gros des forces de la Ve Armée US se voit attribuer Rome comme objectif par le général Clark, plutôt que de couper la retraite des soldats de la Wehrmacht fuyant Cassino, laissant ainsi échapper une belle occasion de détruire un grand nombre de forces ennemies. Suivant cet ordre, Kesselring rebaptisa la Ligne gothique en Ligne verte au mois de juin 1944. Partisan d’une attaque directe à travers la France jusqu'au cœur de l’Allemagne, l’état-major américain s’y tint. En effet, sa connotation historique trahissait à ses yeux l’importance que la Wehrmacht lui accordait et Hitler redoutait qu’en cas de percée alliée, leurs services de propagande n’en tire un immense profit. Cette forme de combat ne se prêtait guère au terrain qu’ils allaient devoir affronter. La dernière modification de cette page a été faite le 24 juillet 2020 à 11:45. La phase offensive lancée par l'armée alliée afin de percer la ligne Gothique sur l'Adriatique est appelée Bataille de Rimini. Le plan originel d’Alexander, commandant du XVe Groupe d'armées, consistait à attaquer la Ligne gothique en son centre, là où la majeure partie de ses troupes était concentrée. Cependant, rassuré par le succès du débarquement en France et le développement favorable des opérations, le haut commandement américain accepta le principe britannique lors de la Seconde conférence de Québec[5]. Gothic Line order of battle is a listing of the significant formations that were involved in Operation Olive, the Allied offensive on the Gothic Line in northern Italy, August–September 1944, and in the subsequent fighting in the central Apennine mountains and on the plains of eastern Emilia–Romagna up to April 1945. Attendant derrière les barbelés et les fossés antichars, les soldats allemands montrent leur détermination à continuer la lutte. Deputy Supreme Allied Commander Mediterranean: Allied Armies in Italy (until 12 December 1944), Allied 15th Army Group (from 12 December 1944), British XIII Corps (transferred to British Eighth Army in January 1945), British X Corps (until December 1944 and from February 1945), British XIII Corps (transferred from U.S. Fifth Army January 1945), 44th Reichsgrenadier Division Hoch und Deutschmeister, Italian 1st "Italia" Bersaglieri Division, 16th SS Panzergrenadier Division Reichsführer-SS, "World War II unit histories and officers", "Axis History Factbook: German army order of battle", https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Gothic_Line_order_of_battle&oldid=984449817, Creative Commons Attribution-ShareAlike License, U.S. 92nd Infantry Division (Major-General Edward M. Almond) (from November 1944), First Canadian Army Group Royal Canadian Artillery, This page was last edited on 20 October 2020, at 04:27. Alexander et son chef d’état major, le général Harding ne partageaient pas ce point de vue, partant de l’idée qu’une concentration des troupes serait difficilement réalisable sur ce côté du front et impossible à réaliser sans que l’ennemi ne fût au courant. Gothic Line order of battle is a listing of the significant formations that were involved in Operation Olive, the Allied offensive on the Gothic Line in northern Italy, August–September 1944, and in the subsequent fighting in the central Apennine mountains and on the plains of eastern Emilia–Romagna up to April 1945. Ce nouveau plan établit que la VIIIe Armée britannique attaquerait sur la droite, le long de la côte est, en direction de Pesaro et Rimini, dans le but d’attirer le maximum de troupes allemandes vers elle. Au sujet des combats pour s'emparer de la ville de Rimini en septembre 1944, voir bataille de Rimini. On 8 August 1944, I Canadian Corps undertook an elaborately secretive movement from the city of Florence eastward across the Apennine Mountains to the Adriatic coast. Leese suggéra alors une attaque surprise sur l’aile droite du front, le long de la côte Adriatique. À la gauche des Polonais se trouvait le Ier corps canadien, qui possédait sur la ligne de front la 1re division canadienne (avec la 21e brigade blindée sous son commandement) et la 5e division blindée canadienne en réserve. Au mois d’août, les contingents des Ve armée américaine et VIIIe Armée britannique furent réduits de 249 000 à 153 000 hommes[4], ceux-ci formant un total de dix-huit divisions. Moins prudent, le général, à la tête de la 20e Luftwaffe-Sturm-Division, fut capturé puis exécuté par les partisans[3]. Les forces de Kesselring, échappant aux troupes alliées, mèneront des combats pour les retarder tout au long de leur repli, cédant le terrain pas à pas, comme à la fin juin, le long de la Ligne Trasimène allant du sud d’Ancône, sur la côte orientale, à Grosseto, sur la côte occidentale. the gothic line campaign The Gothic Line (Gotenstellung in German, English Gothic Line) defensive line was established by German Field Marshal Albert Kesselring in 1944 in an attempt to slow the advance of the allied army commanded by General Harold Alexander to northern Italy. Un compromis dut être trouvé[8]. Située le long des Apennins, dans le nord de la péninsule, elle avait pour but de stopper la progression des armées alliées du général Alexander. Les défenses allemandes sont constituées de nombreux points d’appui : d'innombrables tranchées garnies de 2 376 nids de mitrailleuses, des tobrouks et autres fortifications de bois et de béton. Plus que le fait d’avoir des troupes dans le dos des Allemands, c’était surtout pour barrer le chemin aux Soviétiques vers les Balkans et étendre la zone d’influence occidentale en prévision de la fin des hostilités. Sur la côte, Leese aligne le 2e corps polonais, avec la 5e division des Confins (Kresowa) sur la ligne de front et la 3e division des Carpates dans la réserve. Au printemps 1944, après avoir fait sauter deux verrous allemands lors des batailles de Monte Cassino et d’Anzio, les Alliés s’efforcèrent de neutraliser le maximum de troupes allemandes dans un large mouvement en tenaille et ainsi écourter une campagne déjà longue et coûteuse, contrairement à ce que pensait Winston Churchill qui avait qualifié l’Italie de « ventre mou » de l’Axe en Europe. Il faut également signaler que les défenses allemandes souffraient d’un béton de mauvaise qualité, délibérément fourni par les usines locales. Il avança comme arguments que les troupes de la 1re Armée française, excellant dans les combats en milieu montagneux, lui avait été retirées pour participer à l’opération Dragoon, dans le sud de la France et que dès lors, le principal atout de sa VIIIe armée britannique, résidait dans l’utilisation combinée de l’infanterie et des blindés, appuyés par l’artillerie. Commandant le XIV. Plus de 1 200 000 hommes y participèrent de part et d’autre. Le compromis prit le nom d’« Opération Olive ». Les Américains s’opposèrent à ce projet, arguant que cette stratégie risquait d’affaiblir considérablement les troupes prévues pour l’ouverture d’un second front en Europe de l’Ouest. Pour la phase d'ouverture des combats, l'artillerie du corps est renforcée par l'ajout de la 4e division d'artillerie britannique. Les combats furent comparables à ceux d'El Alamein, de Mareth et de la ligne Gustave (Monte-Cassino)[1] ». All troops stripped off their Canadian insignia, and vehicles were similarly disguised.
2020 msi gl65 9sc 004